Preuve de Travail (POW)
Télécharger le navigateur BRAVE et commencez à gagner des BAT

Introduction

Premier article d’une longue série sur les algorithmes de consensus, aujourd’hui nous allons parler de la preuve de travail.

Cet article est une traduction partielle et libre de celui là.

Les algorithmes de consensus sont la base de toutes les chaînes de blocs / DAG1. Ils constituent la partie la plus importante des plateformes blockchain / DAG.

Sans eux (algorithmes de consensus), nous n’aurions qu’une base de données muette et immuable.

Nous listons ici (et dans les articles suivants) tous les principaux algorithmes de consensus et évaluerons leurs avantages et leurs inconvénients.

Si vous trouvez quelque chose qui manque ou qui ne va pas, dites-le dans les commentaires. En outre, l’article sera mis à jour régulièrement au fur et à mesure que j’étudie davantage ces algorithmes et leurs impacts économiques.

Cliquez-ici pour découvrir ce qu’est un algorithme de consensus

Fructify.io

Preuve de Travail

 

Avantages :

  • Il a été testé à l’état sauvage depuis 2009 et reste stable aujourd’hui.

Les inconvénients :

  • C’est lent.
  • Utilise beaucoup d’énergie, ce qui n’est pas bon pour l’environnement.
  • Est susceptible d’économies d’échelle.

Utilisé par : Bitcoin, Ethereum, Litecoin, Dogecoin, etc.

Type : Consensus compétitif.

Explications :

C’est le premier algorithme de consensus (proposé par Satoshi Nakamoto dans son livre blanc) à créer un consensus distribué sans tier de confiance et à résoudre le problème de la double dépense.

POW (Proof of Work, Preuve de Travail, PdT) n’est pas une idée nouvelle, mais la façon dont Satoshi a combiné cela, ainsi que d’autres concepts existants – signatures cryptographiques, chaînes de mots clés et réseaux P2P – en un système de consensus distribué viable, dont la cryptomonnaie est la première et la plus fondamentale des applications, était plutôt innovante.

La façon dont cela fonctionne oblige les participants à la blockchain (appelés mineurs) à résoudre un problème de calcul complexe mais inutile pour pouvoir ajouter un bloc de transactions à la blockchain.

Il s’agit essentiellement de faire en sorte que les mineurs mettent de l’argent et des ressources (machines d’extraction) pour effectuer le travail, ce qui montre qu’ils ne nuisent pas au système de la blockchain, ce qui entraînerait une perte de leur investissement. se nuire ainsi.

La difficulté du problème peut être modifiée en cours de route pour assurer un temps entre chaque bloc constant.Il arrive parfois que plusieurs mineurs résolvent le problème simultanément.

Dans ce cas, les mineurs choisissent l’une des chaînes et la chaîne la plus longue est considérée comme gagnante. En supposant que la plupart des mineurs travaillent sur la même chaîne, celle qui se développera le plus rapidement sera la plus longue et la plus fiable.

Par conséquent, Bitcoin est sûr tant que plus de 50% du travail effectué par les mineurs est honnête.

En savoir plus :

0 0 voter
Évaluation de l'article
Les algorithmes de consensus : la preuve de travail

Notes

  1. Cliquez-ici pour la définition de DAG en Français
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Étiqueté avec :
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

[…] Les algorithmes de consensus : la preuve de travail est apparu en premier sur […]

[…] Retrouver l’article original de Michaël ici: Lien Source […]

[…] La preuve de travail […]

[…] distribués. Le premier algorithme de consensus blockchain à avoir été créé était le Proof of Work (PoW), conçu par Satoshi Nakamoto et mise en œuvre sur Bitcoin comme un moyen de surmonter les erreurs […]

4
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x